•  

     

    Voici 3 extraits choisis de ma lecture

    {Les originels - T2 - Les Rescapés}

    de Charlène Gros-Piron

     

    Lecture terminée, la chronique suivra bientôt!

     

    "Son baiser avait le goût de la vie, de l'espoir, de l'amour dans toutes ses dimensions, il avait l'éclat du soleil, la chaleur d'un feu ardent et la tendresse ainsi que la douceur des plumes d'un ange.  Sébastian me saisissait tout entière, me faisait vaciller intérieurement tout en me renforçant de manière essentielle.  Prenant son visage entre mes mains, je l'embrassai avec tout mon amour, tout ce manque que j'avais vécu loin de lui, mes espoirs, mes rêves... en bref, avec tout mon être."

     

    "Les paroles continuaient de tourbillonner en moi, tandis que j'entendais Sébastian m'appeler, pas si loin que ça.  J'avais besoin de le sentir contre moi, de le serrer, pour ne pas oublier ce que c'était de vivre, d'aimer et d'être aimée.  Je voulais entendre Nicolas blaguer pour ne pas oublier ce qu'était de sourire, de rire.  Je voulais entendre Shaïna, simplement lui parler, pour me rappeler qu'on avait le droit de faire confiance à quelqu'un."

     

    " - Alors il ne nous reste plus qu'une solution, conclut le Maître Songeur, satisfait dêtre arrivé à ce point de la discussion.

    - Laquelle? s'enquit Théadora en jetant un regard à Alphio-Cosmo, qui tenta de lui sourire.

    - La trahison."

     

    Extraits du livre {Les Originels - T2 - Les Rescapés}

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

     

    Voici 3 extraits choisis de ma lecture

    {Les originels - T1 - La naissance}

    de Charlène Gros-Piron

     

    Lecture terminée, la chronique suivra bientôt!

     

    " Ils vous traquent pour... pour vous empêcher d'accomplir votre destinée. "

     

    "Arrivée près de Sébastian, il prit mon poignet et m'attira conte lui pour m'embrasser, un joli sourire d'ores et déjà plaqué sur les lèvres.  Rien qu'à le voir, j'avais ressenti des papillons dans le ventre, mon coeur s'était affolé, et j'étais certaine d'avoir encore rougi. Pourtant, à sentir ses lèvres sur les miennes, ça dépassait encore de loin tout ça.  Derrière mes paupières s'étalait un voile d'étoiles, tandis que nous mêlions nos deux souffles, le temps semblait s'arrêter et n'exister que pour nous, et l'euphorie prenait toute la place dans mon coeur et dans mon esprit."

     

    "Il déposa un baiser tout léger mais emprunt d'amour à l'endroit exact où se trouvait mon tatouage et l'impensable se produisit.  

    Outre le fait qu'il s'agissait là d'un moment délicieux au possible, comme vous pouvez vous en douter, quelque chose arriva.

    Mon corps sembla électrisé et la secousse me parcourut du tatouage jusqu'aux extrémités alors que j'avais l'impression d'entendre le coup de foudre qui m'avait dotée d'une pareille dose d'énergie.  Je perçus une onde d'énergie s'échapper, complètement invisible mais pourtant si reconnaissable, de mes mains alors qu'elles terminaient de tressauter.

    (...)

    Seulement, permets-moi de te faire remarquer que tu es invisible."

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Voici 3 extraits choisis de ma lecture

    {Hollywood Boy}

    de Callie J. Deroy

     

    La lecture est terminée, donc la chronique suivra bientôt!

     

     " On ne peut pas transformer l'amitié en amour, aucun d'entre nous, même le plus puissant ou le plus riche, ne possède ce pouvoir-là.  Et c'est tant mieux, c'est ce qui fait toute la magie des sentiments.  Ils naissent de nulle part, comme une petite étincelle au milieu du néant, sans que quiconque puisse en donner l'explication."

     

    " Aimer quelqu'un follement en sachant que vos sentiments ne sont pas réciproques, c'est terrible.  Mais quand l'amour est partagé et que l'on ne peut pas être avec cette personne malgré tout, c'est une torture.  Et dans mon cas, une agonie."

     

    "Là, il se penche et m'embrasse comme toute femme dans ce monde rêve d'être embrassée un jour.  Un baiser long, tendre et éminemment sensuel, du genre de ceux qui embrasent les sens et enflamment le coeur.  Un baiser qui désoriente, qui efface tout autour, qui me fait me sentir comme la chose la plus précieuse qu'il ait jamais touchée.  Un baiser qui veut dire : tu es tout pour moi."

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

     

    Voici 3 extraits choisis de ma lecture

    {Le Miracle}

    de Sylvie Ginestet

     

    Lecture terminée, la chronique suivra bientôt!

     

    " Cet enfer durait depuis deux ans, lorsque je me dis que cela ne pouvait plus continuer.  J'étais sans cesse fatiguée, et cela, très peu de gens le comprenaient.  Ils me prenaient plus facilement pour une fainéante que pour une personne ayant probablement subi des dommages irréversibles.   Tant que l'on n'est pas complètement paralysé, aveugle, ou sous respirateur artificiel, les gens ne comprennent pas... ou ne veulent pas comprendre.

    J'étais lasse de devoir me justifier à tout bout de champ, d'avoir à quémander pour espérer vivre normalement.

    Je devais trouver une solution."    p13

     

    "Le spectacle qui s'offrit à moi me coupa le souffle.  De toute ma vie, je n'avais jamais imaginé une pièce comme celle-ci.  Mon rêve!  Elle était de forme octogonale et chaque mur était rempli de livres.  Il y en avait des centaines.  Non, des milliers! Le plafond était très haut, une échelle sur roulette s'appuyait contre la première colonne de livres, juste sur ma gauche.  Les rayonnages n'en finissaient pas.  Sur ma droite, une fenêtre laissait pénétrer un léger rayon de soleil; les volets en bois étaient entrouverts."     p65

     

     

    "Le concert se déroulait très bien, les gens appréciaient leur musique, quand entrèrent dans la salle quatre individus.  Ils étaient étrangement habillés, tout de noir vêtus, avec des bottes et de longs manteaux.  Ils me faisaient penser à des justiciers, ils avaient immédiatement éveillé en moi quelque chose de bizarre, comme de la méfiance.  Ils prirent place à une table à ma droite, mais assez loin.  Nous étions séparés par le groupe des vampires.  Les hommes ne semblaient pas être venus pour la musique.

    J'entendis soudain la voix de Darren résonner dans ma tête.  Instinctivement, je me tournai vers lui.

    - Fais attention, Lilly, ce sont des chasseurs!

    - Des chasseurs?

    Je me dis que mon impression était fondée.

    - Oui, de vampires."     p187

     

    Extraits de ma lecture {Le Miracle} de Sylvie Ginestet

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Voici plusieurs extraits (5) choisis de ma lecture

    {L'enfant de poussière}

    de Patrick K. Dewdney

     

    Lecture en cours, la chronique suivra bien vite ;)

     

    " Noue étions comme cul et chemise, toujours à fourrager ensemble ici ou là.  Je n'avais pas tardé à remarquer que, en dépit du nombre d'enfants qui vivaient à la Cuvette, Driche ne comptait parmi eux aucun véritable ami et vivait en réalité dans son petit cercle familial.  J'appréciais ses manières franches comme elle appréciait les miennes.  Elle savait que j'avais vlé et s'en fichait royalement.  Au contraire, elle trouvait que j'avais eu du cran, ce qui était pour moi un bol d'air frais, tant je m'étais habitué aux moralisations de mes amis de la ferme.  Nous nous vouions une admiration réciproque, moi pour sa pugnacité téméraire, et elle pour mon esprit aiguisé."     p64

     

    "Les leçons de Nahirsipal n'avaient rien de professoral : il ne m'accablait pas sous une stricte autorité, n'attendait pas de moi que je mémorise d'interminables listes et ne me punissait pas lorsque j'échouais. Le Jharraïen partait du principe que la connaissance viendrait de la pratique, et que le désir de plaire serait un bien meilleur éperon que la crainte de la baguette. Il m'encourageait à faire mes propres constats, quitte à les corriger par la suite, et je me découvris grand plaisir à passer du temps en sa compagnie."     p202

     

    "Corne-Brune rougeoyait à l'horizon, le seul chez-moi que j'avais jamais eu.  Je songeai à Brindille, Merle, Cardou, la veuve, et Driche et mes amis des clans."  p303

     

    "Toute vie est une vie, du moucheron, au cheval, au sériphe. [...] Aucune vie ne veut s'éteindre et aucune vie ne vaut mieux qu'une autre. C'est la vérité la plus cruelle qu'un homme puisse comprendre et, crois-moi, je mesure mes mots."     p439

     

    "Il venait de saisir la nuance entre le courage et l'obstination. C'est la liberté. Pour être courageux, il faut être libre. Alors que l'obstination appartient aux esclaves, et à ceux qui ne voient pas leurs propres chaînes."    p395

    Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique