• Chronique du roman {La petite fille aux yeux clairs}

     

    Informations générales:

    Titre: La petite fille aux yeux sombres

    Auteur: Marcel Pagnol

    Editeur:  France Loisirs

    Pages: 192

    Date: 1984

    Langue: français

     

    Extrait:

    "Et soudain, comme dans le sonnet de Laforgue, je cherche des yeux la Terre, notre terre.  Elle est mi-jaune, mi-bleue, comme un habit de Carnaval; sur la grosse boule, je cherche une ville; au coeur de la ville, je cherche une rue; et dans cette rue, je la vois, elle, si frêle, et si momentanée, si atomiquement petite sous la cloche de son chapeau, à côté de l'énorme féérie.  Et je méprise tout le reste; j'oublie les soleils vertigineux et les planètes colossales; et je songe que la prunelle des yeux est plus vaste pour moi que l'infini des mondes."

     

    Mon appréciation:  7.5 /10

     

    Mon commentaire:

     

    Voici une chronique d'un roman que j'ai lu en décembre.  Oui, il m'a fallu un certain temps avant de l'écrire...  Bon, voilà, c'est chose faite!

     

    Il s'agit d'un des tous premiers romans de Pagnol, écrit en 1921, sous forme d'épisodes qui paraissaient dans une revue Fortunio, éditée d'ailleurs par l'auteur avec un ami.  Le style de Pagnol est déjà là, même si on sent la maladresse des débuts.  D'ailleurs, ce roman a été édité post-mortem.  Pagnol comptait le rééditer, mais il souhaitait d'abord y apporter quelques modifications, en bon perfectionniste qu'il était.  Il n'a pu le faire mais son histoire est tout de même parue.  Dans cette réédition, une nouvelle y est ajoutée: Les Secrets de Dieu.

    Dans La petite fille aux yeux clairs, Pagnol parle déjà d'un de ses sujets de prédilection: l'amour.  Ici, l'histoire est celle d'un jeune homme et de ses deux amis. Ils ne croient pas en l'amour, et quand notre personnage principal, Jacques Panier, tombe amoureux de la petite fille aux yeux clairs, il ne veut pas l'accepter.  Pour lui, ce sentiment n'est pas de l'amour. Pourtant, le temps file et il ne profitera finalement que très peu de son amour...  C'est ce qui fait toute la puissance de l'amour: cet amour qui est si puissant, intense, passionnel mais qui a une durée de vie hyper courte de par la situation des protagonistes... La lecture est agréable, comme toutes ses lectures, d'ailleurs, même si sa plume n'est pas encore celle qui nous fait tant rêver dans ses autres romans plus connus.  On y retrouve néanmoins toute la tendresse et la philosophie qui caractérisent sa plume. C'est un véritable plaisir de découvrir une histoire inédite - même deux, d'ailleurs - de cet auteur!

      

    Voici le huitième roman que j'ai lu dans le cadre de mon challenge So Classic 2019 (8/10).

     

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Eniwolf
    Samedi 1er Février à 21:48

    Je l'avais lu dans mon défi so classic l'année dernière.... J'avais eu du mal à retrouver la patte de Pagnol.... Je trouvais qu'il manquait la petite note d'humour pour laquelle il était si doué tout comme sa manière de si joliment tourner ses phrases.... Bref, j'avais été un peu déçue....erf

      • Dimanche 2 Février à 15:18

        Oui, c'est un peu ce que je dis: on sent la maladresse de ses débuts. La tendresse est là, mais sa plume n'est pas encore celle qui nous fait tant rêver...  Mais ça m'a quand même bien plu de découvrir justement ses débuts hésitants et deux histoires inédites...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :