• Extraits de ma lecture "Le judas de Satan - L'inconcevable"

     

    Premier extrait proposé dans le coin des extraits littéraires

     

     

    Voici les extraits choisis du roman

    " Le judas de Satan - L'inconcevable  "

    de Karima Azzaoui.

     

    La chronique suivra bientôt car ma lecture est terminée

    (il s'agit d'une de mes lectures de décembre)...

     

    "Si nous comparons nos vies, courtes ou longues, à une simple journée où il existe un matin, un midi et un soir, alors (il la coucha sur l'énorme pierre froide), la nuit (il arracha ce qu'il lui restait de vêtements) est-elle ... notre mort?termina-t-il d'une voix rauque, s'introduisant lentement en elle.

    Elle ne le reconnaissait pas.  Son Lucien pouvait faire preuve de dureté, rudesse et d'un esprit calculateur à toute épreuve, jamais il n'avait pris ce ton... condescendant avec elle.Et puis, pourquoi l'avoir emmenée ici?  Dans l'emblème même de la religion qu'il exécrait?  Tout ceci n'avait aucun sens...

    Si ce n'était, gémit-elle, ce lent va-et-vient et cette bouche merveilleuse qui jouait ce son magnifique.  Cette lucidité dont elle avait fait preuve jusqu'à cet instant précis semblait s'éloigner dans un clin d'oeil moqueur."    p64

     

    "Cette andouille d'Eric allait donc veiller sur elle pendant que cette petite dinde blonde et son co-équipier, le couillon d'Orlando, chercheraient une manière possible de l'éliminer.  Tout cela était d'un ridicule qui frisait la bêtise.  Ces ignorants semblaient n'avoir retenu aucune leçon du passé, qu'ils en assument les conséquences.

    Restait la flicaille...Davin et Cauvet.  Les deux aigles en uniformes pourraient s'avérer être une petite épine dans le pied.  L'idée de remonter jusqu'à la cellule d'enquête sur le "tueur philosophe" était brillante!  Seul hic, leurs facultés, beaucoup trop limitées, à pouvoir croire en l'inconcevable.  Quoiqu'il en soit, éliminer deux flics était envisageable mais difficile à couvrir...

    "Qui vivra verra", songea-t-elle en fixant à présent Enéa, avec un peu plus de concentration."    p113

     

    "Hypnotisé, l'inspecteur Davin eut bien du mal à discerner le véritable carnage qui se déroulait, en ce moment même, à l'intérieur de l'école.  Par ce qui avait dû être les fenêtres, maintenant obstruées par un tas de bibelots, un liquide rougeâtre s'éculait lentement et rampait le long des murs.  On aurait dit que la bâtisse pleurait, alors qu'une légère fumée sortait à présent de ce qui devait être les caves.  On entendait les enfants hurler, des appels à l'aide étouffés, des déflagrations et un raffut extraordinaire émanait des lieux.  

    Se redressant sur son siège, Patrick, totalement captivé par Lucie, profita de cette interruption pour reprendre ses esprits.  Paniqué, il lança un appel radio, demandant de l'aide et non dans les plus brefs délais, mais immédiats."     p261

     

    "La silhouette bougea enfin, le temps était comme suspendu.  D'où elle se trouvait, elle se rendit vite compte qu'il s'agissait très certainement d'un homme et non pas de  la petite chose abominable qui l'avait traumatisée à maintes reprises. 

    En effet, son imposante apparence et son allure tout entière n,e pouvaient appartenir qu'à un représentant de la gent masculine.  Il paraissait ondoyer comme une image voilée...  Et si manifestement il flottait, une chose était à présent certaine: il flottait vers elle."     p277

     

    "La vengeance... murmura-t-elle sans bouger, épongeant son front humide avec une serviette.  Elle peut être serpent, s'insinuant avec persévérance, supportant l'attente avec indolence, rampant sinueusement vers l'objectif sans plainte et sans un son.  Elle est quelquefois lionne, affrontant sa proie de face, si téméraire ou se calfeutrant sans patience, surveillant de près, attendant vivement l'instant.  Elle est souvent mollusque répugnant, fuyante et résolue, n'attendant rien, pas même l'espoir d'y croire un peu.  Repliée et courbée, si effacée.  Elle est aussi oiseau, emplie de douces illusions et bercée d'envies, mais suivant résolument le vent qui, peut-être, l'amènera à destination."     p319

     

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Sylvie Bar
    Mardi 12 Janvier 2016 à 10:21

    Brrrr, assez sanglant

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 17:26

        Oui, oui!  Un final bien à la hauteur!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :