• Chronique du roman {Les orphelines -T4}

    Chronique du roman {Les orphelines -T4}

     

    Informations générales:

    Titre: Les orphelines - Rebecca

    Auteur: Virginia C. Andrews

    Tome: 4

    Editeur: Editions France Loisirs

    Pages: 228

    Date: 2001

    Langue: français

     

    4ème de couverture:

    Chronique du roman {Les orphelines -T4}

     

    Extrait:

    " -Tu es jalouse parce que tu n'as pas de père, lâcha-t-elle alors avec un regard brillant de larmes et de haine.  Tu n'as jamais eu de père.  Ta mère est une traînée et une droguée, et tu ne l'as même plus auprès de toi.

    Sa voix vibrait d'une jubilation malveillante.

    -Non, je ne l'ai plus.  Mais moi, au moins, il me reste un peu d'amour-propre.

    Lui jetant le chiffon à la figure, je sortis d'un pas rageur, non sans la bousculer au passage.

    - Je ne vois pas qui pourrait te respecter, de toute façon! cria-t-elle comme je m'enfermais dans ma chambre.  Tu es pire qu'une orpheline.  Tu n'es rien.  Tu n'as même pas de nom! Je le sais, papa m'a dit que ta mère ne s'était jamais mariée; alors, c'est facile d'accuser les autres.  Tu es une enfant illégitime, voilà!"   p154

     

     

    Mon appréciation:  10 /10

     

     

    Mon commentaire:

    Ce livre est le quatrième de la saga Les orphelines.  

    J'ai lu les trois premiers tomes ce mois-ci également, voici mes chroniques: ici ;  et le troisième se trouve par là!

    A la fin du tome précédent, je vous disais que j'espérais que l'auteure allait sortir du schéma classique des trois premiers livres de la jeune orpheline de 10 à 13 ans adoptée par une fille riche qui voulait la modeler à son image.  Et bien, j'ai été ravie!  Ici, l'auteure nous parle d'une ado de 12 ans qui, vivant avec sa maman, alcoolique, droguée et prostituée, se retrouve bien malgré elle embarquée chez son oncle Reuben lorsque sa mère se retrouve en prison.  Alors qu'elle aurait pu rêver d'une belle vie de famille avec sa tante, son cousin et sa cousine, elle s'aperçoit bien vite qu'elle risque de vivre son plus grand cauchemar et qu'elle risque même de regretter sa vie d'avant...

    Alors oui, j'ai été plus que conquise par ce tome.  Enfin un tome qui me semble correspondre à la réalité des "orphelins" modernes.  Je sous-entends par là ces enfants malmenés par leur propre famille et qui finissent placés dans des centres d'accueil pour leur sécurité.   Car oui, je connais ce genre d'enfants - en tant qu'institutrice, j'ai été amenée à en côtoyer.  J'en ai eu les larmes au yeux à deux reprises.  Je ressentais cette rage qui habitait Rebecca. J'avais envie de hurler à l'injustice. Ce tome, je l'ai vraiment vécu comme si j'y étais.  C'est précisément ce genre de schéma que j'attendais de rencontrer.  Car on peut franchement dire que les "orphelinats" sont maintenant plus des maisons d'accueil pour les enfants abandonnés.  Evidemment, il y a des orphelins qui n'ont ni père ni mère, mais on y trouve beaucoup plus d'enfants exclus de leur système familial.  

    Pour moi, ce tome est le meilleur de la saga jusqu'à présent.  J'attends de voir ce que l'auteure nous a concocté pour l'ultime tome.

     

     

     Ma partenaire Artistiquement Notre organise des minis-challenges pour avancer dans le défi de réduction de PAL.  

     Challenge 6: un livre qu'on t'a offert

    Challenge 10: un livre dont le titre comporte un prénom

     

    Chronique du roman {Et si c'était vrai}

    Et, toujours dans le cadre de mon challenge "Réduction de PAL", je me suis inscrite ce mois -ci à un challenge des 300 pages, organisé par "Les Tribulations des C".  Ce livre est le huitième que je lis dans le cadre ce ce challenge.

     

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Cindy Rielland
    Mercredi 26 Juillet à 12:59
    Cindy Rielland

    Merci pour cette chronique

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :